<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=565596&amp;fmt=gif">

10 minutes de lecture

La dématérialisation des factures

Tendances autour de la dématérialisation factures ! Votre top 10 !

par Angélique Ribas le 5.04.2020

blog-dematerialisation-tendances

Retour sur le top 10 de vos articles préférés ! Votre thème de prédilection est et reste... la dématérialisation des factures ! Un thème qui soulève toujours autant d'interrogations tant il est à la fois complexe, technique, réglementaire, et surtout vecteur de la performance des entreprises. Découvrez tout de suite notre classement...  !

 

La dématérialisation des factures : la gestion des entreprises change de dimension

 

Si un mot devait résumer les avantages de la dématérialisation des factures pour les entreprises, ce serait la maîtrise. Le processus de gestion des factures, donc des dépenses, est vital pour l’entreprise. Grâce à la dématérialisation, il est placé sous contrôle tant du point de vue des risques associés (fraudes, litiges, non-conformités…) que celui de son coût intrinsèque (productivité…). Ce faisant, il devient la poutre maîtresse d’une gestion rigoureuse et transparente.

 

Réduisez vos coûts de gestion de 80% grâce à la dématérialisation !

 

Cela pourrait l’un des sujets évoqués dans la célèbre émission «Questions pour un Champion» : « Je suis un inconditionnel des processus papier, réticent vis-à-vis des technologies, indifférent au coût de gestion de mes actions, détaché des contraintes budgétaires, insensible aux promesses et aux opportunités de la transformation digitale, j’aime tout faire par moi-même. Je suis ? Je suis ? »

 

Probablement un manager qui n’a jamais entendu parler ni de dématérialisation, ni de format PDF, ni de signature électronique, ni de valeur probatoire !

 

Et qu’il serait aisé de convaincre, car la dématérialisation est l’un des rares domaines où le retour sur investissement est significatif, quasi immédiat et simple à comprendre et à expliquer à une direction générale. La dématérialisation des factures (clients et fournisseurs) encore gérées sur des supports papier représente une économie de l’ordre de 50 à 75 % par rapport à un traitement papier, et réduit le temps de traitement d’environ 30 %. Ainsi, pour un coût moyen de 9 euros pour une facture papier, une facture dématérialisée ne coûte qu’entre 3 et 6 euros.

 

Comment (vraiment) réussir son projet de dématérialisation factures ?

 

Comment choisir la "bonne solution de dématérialisation ?" Question qui ne peut que retenir notre attention compte tenu de ses impacts potentiels sur les gains financiers.

Pour enrayer l’inefficacité des processus manuels et faire face aux volumes croissants de factures à traiter, l'automatisation est devenue essentielle.  Mais comment automatiser de la manière la plus efficace possible ? Comment choisir la solution de dématérialisation factures la plus adaptée ?  Que faire après la mise en route du système ?

 

Choisir une solution de dématérialisation constitue une étape cruciale pour l'activité de votre entreprise et le risque de se tromper peut avoir un impact non négligeable sur le fonctionnement de votre service.

 

Compréhension du besoin fonctionnel, quelles sont les questions centrales à poser au fournisseur et les critères indispensables à prendre en compte dans le choix de sa solution... Vous retrouverez un guide complet pour bien choisir le prestataire et la solution les plus adaptés à vos besoins.

 

La dématérialisation des factures fournisseurs : découvrez tous les avantages en 1 minute !

 

Certaines entreprises sont encore réticentes à entamer « leur transformation numérique » par un projet de dématérialisation de leurs factures car elles associent bien souvent ces termes à un processus coûteux, complexe et long à mettre en place.


A tort. Quoi de mieux, pour mettre fin aux préjugés, que d’entendre les dirigeants et DAF de PME et d’ETI commenter leurs expériences ?

 

La dématérialisation des factures : où en sont les experts-comptables ?

 

Si la dématérialisation automatise et sécurise les processus comptables et financiers, tâches très chronophages lorsqu’elles sont manuelles, elle présente également l’avantage de dégager du temps pour se concentrer sur ce qui sera le cœur de métier des experts-comptables dans un monde digitalisé : le conseil et l’accompagnement.

 

C’est d’ailleurs le point faible des cabinets d’expertise comptable : selon l’Ordre des Experts Comptables, « l’évolution (ou plus exactement la non-évolution) du poids du conseil facturé à part interroge. Les cabinets n’ont en effet réalisé que 7% de leur chiffre daffaires, en moyenne, grâce à ce type de prestations de conseil et daccompagnement, soit la même proportion que ce que l’on observait en 2010 et en 2002. » Cette difficulté peut s’atténuer en appliquant la formule gagnante de la dématérialisation :

 

Plus de dématérialisation = plus de temps = plus de missions de conseil

 

La dernière campagne de publicité pour l’Ordre des Experts-Comptables, diffusée dans les médias fin 2018 et début 2019, a mis en exergue cette incontournable dimension conseil, sans pour autant renier l’ADN de la profession (donner de la valeur aux données), avec le slogan : « L’expert-comptable, un conseil qui compte. »

 

Un slogan que l’on pourrait prolonger : « L’expert-comptable, un conseil qui compte… sur la dématérialisation pour gagner en efficacité, productivité et modernisme. »

 

Transformation digitale : pourquoi se lancer ?

 

Des études récentes ont classé les entreprises en quatre catégories selon leur degré d’avancement  en matière de digitalisation : les « Beginners » (ou les sceptiques), les « Conservatives » (les utilisateurs modérés), les « Fashionistas » (ceux qui l’utilisent comme une mode), et les  « Digital Masters » (ceux qui ont définitivement intégré le digital comme outil de transformation stratégique).

 

Et devinez quoi ? les Digital Masters sont en moyenne 26% plus rentables que leurs pairs avec un chiffre d’affaires 9% supérieur !

 

Certaines études vont beaucoup plus loin et affirment que les entreprises qui sortiront leur épingle du jeu  sont celles qui auront su gérer  cette transformation digitale de manière pertinente.

 

À la lecture de ces chiffres, il parait donc difficile d’échapper à cette vague disruptive, sans mettre en péril le devenir de l’entreprise. Aussi, chaque dirigeant s’interroge nécessairement sur le sens du digital pour son organisation et la meilleure manière d’agir : faut-il se réinventer en rendant obsolète son propre modèle comme le prône Stéphane Mallard ?

Ou bien gérer sa transition de manière progressive et pragmatique comme le propose le cabinet
Deloitte qui évoque que « la transformation digitale nécessite de suivre un parcours vers la maturité digitale, dont la première étape est l’intégration d’outils digitaux destinés à améliorer l’efficacité de l’activité ».

 

Transformation digitale : quels impacts pour la profession comptable ?

 

Le monde de l’expertise comptable échapperait-il à la disruption ? Probablement pas, si l’on considère, par exemple, les deux critères principaux qui déterminent le rythme et l’ampleur d’une disruption (par des algorithmes ou de l’intelligence artificielle) : le degré d’usage de la main pour exercer son métier et le degré de répétitivité des tâches.

Pour Philippe Gattet, directeur d’études du cabinet Xerfi, « tous les ingrédients sont réunis pour que cette profession soit balayée par la vague technologique actuelle : la donnée est leur principal carburant et c’est un métier au sein duquel les process se normalisent à vitesse grand V, et où les échanges de données avec leurs clients ou avec les organismes sociaux se dématérialisent. Bref, la valeur est peu à peu captée par les fournisseurs de technologies. »

 

D’autant que le secteur de l’expertise-comptable reste économiquement attractif et puissant et peut attirer de nouveaux acteurs. Selon une étude du cabinet Xerfi, le chiffre d’affaires global, en France, progresse d’environ 3 % par an, avec 21 000 experts comptables et, au total, 130 000 emplois et deux millions d’entreprises clientes.

 

A l’heure où toutes les activités économiques sont de plus en plus basées sur les données, les voies d’enrichissement du métier d’expert-comptable sont donc multiples : par le conseil, l’accompagnement et la proximité avec les dirigeants, l’expertise data, l’évaluation de la conformité réglementaire, la spécialisation, le statut de tiers de confiance… Autrement dit, l’expert-comptable de demain saura manier les 3D indispensables à la valorisation de sa fonction : D comme data (au cœur de la performance des entreprises), D comme dématérialisation (pour capitaliser sur les technologies) et D comme décloisonnement (pour fluidifier les processus comptables et financiers).

 

Transformation digitale : quelles technologies pour le DAF 4.0 ?

 

Les évolutions apportées par le numérique se distinguent des évolutions précédentes induites par la mécanisation ou l’électrification. En effet, elles modifient toute la chaîne de valeur des entreprises, les modèles économiques ou encore les échanges entre les acteurs. Dès lors, comment naviguer pour les directions financières ? Pourquoi ouvrir l’entreprise et travailler avec les écosystèmes ? L’heure de la reprogrammation des activités semble avoir sonné. Pour les directions financières, les enjeux à relever ne sont pas seulement techniques, mais également sociaux.

 

Loi Pacte, quels impacts pour les experts-comptables et les commissaires aux comptes ?

 

La Loi Pacte est toutefois à l’origine de mesures positives pour les experts comptables, parmi lesquelles la reconnaissance des honoraires de succès, le mandat de paiement ou de recouvrement des créances ou encore l’élargissement des missions renforcent leur rôle de conseil auprès des entreprises.

Quels sont ces changements apportés par la Loi Pacte et qu’induisent-ils concrètement ?

 

Les experts-comptables peuvent désormais effectuer pour le compte de leurs clients le paiement de dettes ou le recouvrement amiable des créances dès lors qu’un mandat de paiement lui a été confié. En plus de ces missions pour lesquelles les experts-comptables doivent avoir préalablement conclu un contrat avec leurs clients, la loi donne désormais la possibilité aux cabinets de réaliser des travaux d’ordre financier, environnemental ou numérique à la condition que ces travaux restent accessoires.

 

De même, les associations de gestion et de comptabilité ou AGC et les cabinets d'expertise comptable pourront percevoir ce que l'on appelle en anglais des success fees ou honoraires de succès. Ces honoraires représentent l’opportunité de mieux facturer les missions de conseil et « un élément novateur pas toujours bien ancré dans l'esprit des experts-comptables, habitués à facturer au forfait ou au temps passé » explique Virginie Vellut, présidente du Conseil régional de l'Ordre des experts-comptables de Champagne.

 

Ces changements s’inscrivent totalement dans le nouveau paysage de la comptabilité, qui se veut plus digital, plus agile, plus innovant.

 

Yooz versus les autres solutions de dématérialisation factures

 

Yooz est la solution de dématérialisation et d’automatisation du processus Purchase-to-Pay (P2P) la plus primée pour ses innovations dans les domaines de la finance, de la technologie, du cloud et du SaaS (Software-as-a-solution), et nous en sommes fiers !

 

Aujourd'hui plus de 3000 sociétés automatisent leurs processus avec Yooz et elles nous ont choisi pour une raison !

Au travers de cet article, vous découvrirez comment Yooz se positionne par rapport à ses concurrents en termes de prix, d’accompagnement utilisateur et de technologies. Bien que d’autres éditeurs de solutions de dématérialisation factures puissent vous sembler comparables, nous vous invitons à les jauger de plus près.

 

Vous souhaitez aller plus loin et nous découvrir de plus près ? :)

 

Je souhaite découvrir un cas concret de dématérialisation de factures