La fraude en entreprise : comment sécuriser les processus financiers ?

Qu’est-ce que la fraude ?

Le dictionnaire Larousse définit la fraude comme « un acte malhonnête fait dans l’intention de tromper en contrevenant à la loi ou aux règlements ». D’après l’étude Euler Hermes et DFCG, le top 3 des fraudes en 2017 est constitué de la fraude au faux fournisseur (54 %), les faux banquiers, avocats ou commissaires aux comptes (43 %), et les attaques cyber (50 %).

Des algorithmes puissants pour la détection de fraude

Yooz, d’ores et déjà reconnu pour la puissance de ses technologies d’Intelligence Artificielle appliquées à la dématérialisation des processus financiers, reconnaissance et validation automatiques de documents, propose aujourd’hui d’appliquer ces technologies au service de la lutte contre la fraude.

La fraude constitue un véritable fléau pour l’entreprise, mettant en danger sa pérennité. Pourtant, peu d’entre elles sont dotées d’outils efficaces de lutte anti-fraude et elles peinent à investir dans le renforcement de leur dispositif de contrôle interne, laissant leurs systèmes comptables vulnérables. Aujourd’hui encore, la plupart des fraudes (fraude au faux IBAN, aux faux fournisseurs…) sont détectées de façon accidentelle et pourraient être évitées.

Typologie de la fraude en entreprise

On distingue la fraude interne, à l’initiative d’un collaborateur de l‘entreprise qui au moyen des outils informatiques et des procédures en place, va agir contre l’intérêt de la structure et la fraude externe, menée par un tiers qui peut revêtir des formes diverses : vol de données, utilisation de logiciel espion, usurpation d’identité, piratage de boite mail, manipulation de marchés, détournements de fonds, arnaque aux faux RIB…

Parfois même, la fraude est combinée : d’origine extérieure à l’entreprise, elle bénéficie d’appui en interne.

Aucun secteur d’activité et aucun type d’entreprises n’est épargné. Elle provoque de lourds impacts, financiers, opérationnels, d’image de marque…

A l’heure de la transformation digitale et de la complexité montante des processus opérationnels des entreprises, comment les entreprises peuvent-elles lutter ?

Comment mon entreprise peut-elle se protéger contre ces arnaques ?

Pour lutter contre ces attaques économiques, les entreprises évoquent des stratégies basées sur 3 piliers :

  • L’organisation : au travers des procédures de contrôle interne.
  • Les comportements : via la sensibilisation des collaborateurs.
  • Les technologies pour systématiser la détection.

Il est étonnant de constater, compte tenu des sommes en jeu, que seules 12% des mesures mises en œuvre soient technologiques… Néanmoins la tendance semble s’inverser avec l’accélération du phénomène puisque 25% des entreprises interrogées prévoient d’utiliser des technologies anti-fraude dans les 12 mois à venir pour lutter contre ce fléau redouté.

YoozProtect agit aussi bien sur l’identification de la fraude – avec notamment la détection de faux RIB sur les factures, la détection de factures modifiées – mais également sur l’archivage légal et la Piste d’audit fiable.

Les fonctionnalités disponibles :

  • YoozFakeDetection : Détection automatique des documents falsifiés (factures, commandes…).
  • Analyses statistiques : Détection de montants hors norme à partir des données historiques et usages – Détection de doublons.
  • Robotic Process Automation (RPA) : Application systématique et automatique des règles de contrôle interne.
  • Traçabilité : Historique des interventions permettant l’identification du fraudeur et de ses actions
  • Extraction et analyse de données : Détection automatique de données incohérentes et donc suspectes de falsification (RIB/IBAN, montant, date…).
  • Signature de document par checksum : Calcul et stockage d’une signature « checksum » pour chaque document afin d’authentifier le document original.
  • Détection automatique des documents falsifiés (factures, commandes…)
Chat